Quand se sacrifier pour les autres procure du bonheur

#ep 54

« Se sacrifier pour les autres ou laisser passer les autres avant nous; est paradoxalement à notre avantage. »

PAROLES DE SAGESSE DU JOUR

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner votre vie pour vos amis. » Jean 15:13

« Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. » Actes 20:35

« Et vivez dans l’amour en suivant l’exemple de Christ, qui nous a aimés et qui s’est donné lui-même pour nous comme une offrande et un sacrifice dont l’odeur est agréable à Dieu. » Ephésiens 5:2

« Nous avons connu l’amour, en ce qu’il a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères. » 1 Jean 3:16

Egalement disponible sur les plateformes suivantes 

PRESENTATION DE L'EPISODE

e reviens vers vous avec un nouvel épisode sur le thème des relations « nous et les autres » et on va reparler d’un de nos sujets de départ: « laisser passer les autres avant soi ». Cet épisode est une version remixée des choses que nous avons déjà abordé. Mais comme on le dit si bien: la répétition est la mère de l’apprentissage.

Cet épisode viens clore le thème des relations qui nous a gardé durant ces deux derniers mois.

RETRANSCRIPTION RESUMEE DE L'EPISODE
POINT DE DEPART

"Un message à l'opposé des tendances actuelles sociétales"

Alors je reviens vers vous avec un nouvel épisode intitulé apprendre à laisser passer l’autre avant soi.

J’ai conscience que ce n’est pas un message qui va dans le courant des choses actuelles, un message qui est parfois un peu difficile à appréhender ou à intégrer. Parce qu’aujourd’hui, nous sommes dans un moment où on nous encourage à nous replier sur nous-mêmes, à prendre soin de nous, à nous concentrer sur nous-mêmes. Et je suis personnellement extrêmement heureuse du mouvement du self-care (prendre soin de soi, prendre soin de ses besoins…) car de toute façon on ne peut pas donner ce qu’on n’a pas et on ne peut pas être quelqu’un d’agréable si on ne va pas très bien.

Donc je suis complètement d’accord avec la pensée du mouvement où on nous encourage à faire des choses que nous apprécions, à faire des choses qui nous font du bien. Et ici en général, je partage des astuces, des leçons, des choses que j’ai pu voir, que j’ai pu implémenter qui améliore notre quotidien, notre état d’esprit, notre manière d’appréhender la vie et du coup qui font en conséquence de nous des personnes plus agréables, plus légères ; plus intéressantes à vivre avec.

Parce qu’une personne épanouie, une personne heureuse est une personne dont on a envie d’être autour.

"Une des problématiques du mouvement "self-care" "

Mais aujourd’hui, je viens nous encourager, chacun d’entre nous à parfois, de temps en temps à laisser passer l’autre avant soi. Parce que le problème avec ce mouvement de « selfcare », prendre soin de soi que j’ai pu voir, analyser personnellement ; c’est qu’il y a un encouragement au repli sur soi, à ne regarder qu’à ses besoins et à se désintéresser des autres.

Le mouvement où on nous encourage à éliminer toutes les personnes toxiques ; qui est bien, les personnes avec qui ça ne va pas. Mais j’ai tendance à penser que ça nous encourage à éliminer toutes les personnes. Parce qu’il est évident que d’une manière ou d’une autre, tout le monde ne peut pas avoir que des bons traits de caractère. Et certains de nos parents, de nos familles ont certains défauts ; cela est vrai.

Mais j’ai tendance à voir par rapport aux messages que j’entends, que j’écoute et qui se répètent que nous sommes encouragés surtout dans notre système occidental ; à nous isoler.

"Se sacrifier pour les autres": il y a véritablement plus de joie à donner qu'à recevoir

Moi, venant d’Afrique, du Cameroun ; le mode de vie en société, en famille, la structure est différente. Ici, nous sommes encouragés à vivre seuls, à nous concentrer sur nous-mêmes, à délaisser les autres pour ne regarde qu’à nous, à notre nombril et à notre monde. Et je pense que nous perdons énormément à faire les choses ainsi. Je pense que prendre soin de soi, peut et va main dans la main avec de temps en temps à laisser passer les besoins de l’autre avant soi. Et je pense que la relation de mariage ou celle de parent-enfant explique assez bien cette notion-là. Quand on est en couple avec quelqu’un avec quelqu’un, des fois on le laisse passer, on laisse ses besoins passer avant les nôtres.

Bien sûr, cela ne doit pas tomber dans une relation d’abus ; que ce soit du conjoint, des enfants ou des parents. Mais, aujourd’hui on a tendance à ne plus regarder à l’autre, à vouloir faire uniquement ce qui nous fera du bien.

Or nous perdons véritablement énormément. Si vous l’avez remarqué, vous allez voir que ce sont souvent les gens qui donnent ; que ce soit de leur temps, qui assistent … ; qui sont souvent heureuse et c’est ce qu’une des paroles de sagesse du jour nous dit  » Il y a plus de joie à donner qu’à recevoir ». Je ne sais pas si vous avez déjà pu l’expérimenter quand vous faites du bien à quelqu’un, quand vous lui rendez un service et cela n’a pas besoin d’être monétaire : ça peut être de votre temps, de vos talents, de ce que vous savez faire ; vous le mettez au service de quelqu’un ; la reconnaissance, le « merci », le soulagement de l’autre nous remplit énormément, nous remplit de joie. 

"Se sacrifier pour les autres": mise en pratique personnelle

Je me rappelle, il y a quelque temps de cela, j’avais énormément de boulot, j’avais des deadlines à respecter, et j’ai eu une tata qui a eu besoin de mon aide pour ses papiers et ma maman qui avait besoin de moi pour sa paperasse également. Juste ces deux éléments m’ont pris des journées : et c’est là qu’on se rend compte que des fois la paperasse peut prendre du temps. Les aller-retours, les appels m’ont immobilisé malgré que j’avais déjà énormément de boulot, que j’étais déjà assez sous pression par rapport aux deadlines que je devais respecter.

Eh bien à ce moment précis-là, je les ai laissé passer avant. C’est-à-dire que j’ai pris leurs demandes, leurs requêtes comme les miennes, comme prioritaires par rapport à ce que je devais faire ; et je me suis attelée à les réaliser. Et je vous assure qu’un simple « merci », le fait de savoir que dans un moment de besoin, vous avez pu être utile, vous avez pu soulager quelqu’un ; la joie qu’on ressent est indescriptible. Le fait d’avoir pu soulager quelqu’un, d’avoir pu faire du bien à quelqu’un n’a pas d’équivalence.

C’est ce à quoi je veux vous encourager aujourd’hui si vous ne le faites pas déjà ou pas assez. De temps en temps, laissez passer l’autre avant vous : par exemple à la caisse pourquoi ne pas laisser la personne qui est derrière vous et n’ayant pas beaucoup de courses. Vous n’avez pas besoin de faire de grandes choses pour vous sentir utile ; pas besoin d’aller faire de l’humanitaire au Vietnam ou au fond de la Russie ou en Afrique ; non.

Que ce soit assister votre sœur dans ces devoirs alors que vous avez les vôtres ; assister un parent ou une amie ; être avec elle, la soutenir : c’est ça laisser passer l’autre avant soi.

L'amour se démontre par le don de soi et marche main dans la main avec la notion de sacrifice

Je pense que nous le faisons régulièrement dans notre quotidien. Mais c’est pour encourager si vous avez eu tendance à vous replier dernièrement parce que vous avez été blessé, abusé : ne laissez pas les épreuves de la vie, vous déformer, vous empêcher de faire du bien à quelqu’un d’autre qui valorisera cette action que vous avez faites. 

L’amour se démontre par le don de soi, que ce soit par un appel. Rappelez-vous dans l’épisode sur ma grand-mère où on parlait des attentions ; faire un cadeau… Bien sûr avec cet argent vous aurez pu vous faire un cadeau à vous-mêmes ; mais le fait de penser à votre conjoint, à une amie ; à lui offrir un cadeau, une babiole, une fleur ; ça touche, et c’est une démonstration de l’amour qu’on a eu pour l’autre. Car vous aurez pu vous faire du bien à vous, mais vous avez décidé de penser à l’autre.

Quand vous appelez quelqu’un, vous avez autre chose à faire, une série Netflix à regarder… mais vous avez décidé de sacrifier cela pour prendre des nouvelles de l’autre, de vous déplacer pour aller rendre visite…

Vous voyez, ce sont des petites choses, mais apprenons à laisser les choses avant nous-mêmes. Apprenons à prendre soin des autres, à nous sacrifier un petit peu.

Aujourd’hui on ne veut plus entendre la notion de sacrifices, de don de soi ; car on est tellement centré sur nous-mêmes ; on ne regarde tellement qu’à nous, à notre vie et à ce qu’on veut. Ce n’est pas mauvais, mais ça ne doit pas être que ça. Car nous ratons ainsi tellement de choses.

Quelques avantages, bénéfices à "se sacrifier pour les autres"

Il y a tellement de choses qu’on découvre en servant l’autre : oui, il y a des dons, des talents, des aspirations qui sont découverts. En faisant du bien à l’autre, vous vous découvrez des talents que vous n’imaginez pas : l’autre vous fait une remarque et ça vus propulse à un autre endroit, quelque chose que vous n’aurez pas pu imaginer de vous-mêmes. 

Quand on se concentre sur nous-mêmes, on a tendance à moins apprécier les choses que nous possédons, les choses qui sont à notre disposition. Des fois, quand on part vers l’autre, on se rend compte que « j’en ai des choses, ma vie n’est pas si mal » ; c’est une conséquence. Ce n’est pas le but pour lequel vous allez laisser passer les autres avant vous, Non. Mais ça cultive également en vous le contentement ; c’est une conséquence, un produit supplémentaire : le contentement, la gratitude, une découverte de soi, une amélioration de soi-même. En laissant passer l’autre, c’est servir l’autre, faire du bien à l’autre.

Bien sûr que vous avez des choses à faire, vous avez des responsabilités. C’est comme une maman, bien sûr qu’elle a des choses à faire, mais elle se donne pour ses enfants. Un conjoint se donne pour sa conjointe et c’est toujours apprécier, ça fait toujours du bien.

C’est un encouragement, apprenons de temps à temps à laisser passer les autres avant nous, à laisser passer une requête avant ce qu’on doit faire. Bien sûr si vous devez rendre la chose demain, c’est différent. Il y a toujours un contexte, il faut de la sagesse ; du discernement par rapport à ce que vous êtes capables de faire.

Ce que ne veut pas dire "se scarifier pour les autres"

C’est un encouragement, apprenons de temps à temps à laisser passer les autres avant nous, à laisser passer une requête avant ce qu’on doit faire. Bien sûr si vous devez rendre la chose demain, c’est différent. Il y a toujours un contexte, il faut de la sagesse ; du discernement par rapport à ce que vous êtes capables de faire.

Cela ne veut pas dire que vous allez prendre plus que ce que vous ne pouvez faire ; rappelez-vous, on prend le temps de profiter du temps avec les nôtres (abordé dans cet épisode). Donc le but n’est pas de vous surcharger par rapport aux demandes des autres, non.

Acceptez de faire les choses dans votre capacité, dans les limites de votre capacité, sans que cela ne vous coule en arrière. Mais de temps en temps, si vous en avez envie, allez faire du bénévolat, allez servir quelqu’un, allez aider quelqu’un ; mais ça n’a pas besoin d’être jusque-là.

Des fois quand on parle de donner sa vie pour les autres, on a l’impression qu’on doit aller prendre une balle ou se blesser ; alors que non, pas spécialement. Mais notre vie, c’est notre temps, nos finances. Parce que nous travaillons et le résultat, ce sont nos finances. Donc quand vous donnez de vos finances, de votre temps ; c’est de votre vie aussi que vous donnez. Quand vous vous mettez à la disposition de quelqu’un, quand vous décidez d’aider quelqu’un, c’est votre vie ; car ce temps-là n’est pas récupérable ; vous aurez pu faire quelque chose d’autre avec.

Donc ne pensez pas que vous avez besoin de faire des grandes choses ; bien sûr faites-les, si vous le désirez. Mais regardez autour vous, ouvrez un peu plus les yeux sur ceux qui sont autour de vous. Et de temps en temps dans les limites de ce que vous êtes capables de faire et de bien faire ; sans murmures et sans regrets ; n’hésitez pas à laisser passer l’autre avant vous.

CONCLUSION

Voilà, c’était mon encouragement du jour, c’est quelque chose que j’essaie d’implémenter. Ce n’est pas toujours évident, comme toute chose. Mais c’est quelque chose que j’atteste m’avoir fait du bien, et avoir développer ces traits de caractère dont je vous parlais. En moi, je les travaille toujours. 

Dans cette vie, dans ce cheminement, il n’y a rien qui est acquis, c’est un travail perpétuel. Et j’ai pu voir le bonheur qu’il y a à laisser passer l’autre avant soi. Quand vous voyez quelqu’un d’autre d’heureux, de joyeux à cause de quelque chose que vous avez fait, je vous assure c’est une grande joie. Quand vous voyez le soulagement par rapport à un service que vous avez rendu à quelqu’un, ce n’est pas comparable. 

Donc n’hésitez pas à essayer, ça peut être des petites choses : aller faire les courses, faire la vaisselle à la place de l’autre …Vous avez peut-être une liste de choses que vous faites-vous et votre conjoint ; pourquoi ne pas faires les taches qu’il devait faire ? Tout simplement sans qu’il n’ait à vous le demander : vous le faites pour lui.

C’est également cela, laissez passer l’autre avant soi : au lieu de se cantonner à « ça, c’est toi de faire et ça c’est moi de faire » ; de temps en temps faire ce que l’autre devait faire et voir le soulagement et l’appréciation de l’autre.

Et même si l’autre ne l’apprécie pas, juste le fait de l’avoir fait, d’avoir démontré que vous portez de l’attention, que vous l’apprécier ; c’est une preuve d’amour.

Donc n’hésitez pas. Commencez à regarder autour de vous, (pas très loin), le bien que vous pouvez faire à ceux qui vous entoure, à ces personnes-là qui vous sont chères : au travail, avec vos amis.

Egalement disponible sur les plateformes suivantes 

SE PREPARER POUR UNE NOUVELLE SAISON
réussir à faire un bilan et se créer des objectifs personnalisés