Il est temps de faire le bilan

#ep 28

Se préparer pour une nouvelle saison [partie 1]: « Faire le bilan »

PAROLES DE SAGESSE DU JOUR

« Il y a un temps pour tout, pour toute chose sous les cieux… un temps pour pleurer t un temps pour rire; un temps pour se lamenter et un temps pour danser … » Ecclésiaste 3:1-4

PRESENTATION DE L'EPISODE

On va parler de faire des bilans. Nous sommes au mois de Décembre, à la fin d’une année qui a été assez tumultueuse, inattendue, et remplie de rebondissements. Et quand une année se clos, il est important de faire des rétrospectives tout simplement. Il faut savoir se poser les bonnes questions, faire un bon bilan; afin de mieux attaquer l’année qui arrive ou notre nouvelle étape.

RETRANSCRIPTION DE L'EPISODE

"Faire le bilan en acceptant sa réalité"

Il faut dire que la fin d’année est souvent une période assez stressante pour beaucoup entre les courses, les préparations des fêtes, des repas, entre le fait qu’on se mette à réaliser que pour une certaine partie ; on n’a pas accompli les objectifs, les bonnes intentions qu’on avait au début de l’année, qu’on n’est pas forcément où on pensait être à cette fin d’année.

Vous voyez en fin d’année, il y a souvent beaucoup de choses qui se passent intérieurement et extérieurement. 

La majorité des personnes ont hâte que cette année se termine pour rentrer dans la nouvelle année avec un vent de nouveautés pour pouvoir mettre cette année qui pour certains a été vraiment très difficile.

Aujourd’hui, il est vrai, il faut savoir prendre la réalité telle qu’elle se présente à nous, ne pas la rejeter. On ne va pas faire la politique de l’autruche ça ne change pas quelle est la réalité. Il est important d’accepter « okay c’est un fait, l’année a été difficile ». Mais le mois de décembre ne doit pas non plus être un mois où on se précipite, où on ferme juste les yeux en attendant que le temps passe hyper vite pour entrer dans la nouvelle année. Sinon la nouvelle année risque d’être une année tout autant pénible.

"Faire le bilan: Ne pas attendre Janvier; mais le faire en décembre"

Au mois de décembre en général, il est bon en dehors de préparer les cadeaux et les repas, de préparer l’année qui arrive. Et c’est ce que je viens vous présenter aujourd’hui.

Au lieu de préparer la nouvelle année au mois de janvier avec les bonnes résolutions ; il serait intéressant de le faire plutôt au mois de décembre. En décembre, on a le temps. En tout cas, nous sommes gestionnaires de notre temps, donc on peut le gérer comme on le souhaite.

Utiliser le temps à bon escient : il y a un temps pour toute chose ; et tout le monde doit pouvoir procéder à ses émotions avec le temps dont il a besoin.

Mais il est vital, capital de ne pas rester dans une certaine saison, dans un « mood » trop longtemps. Parce que le temps passe, la vie avance et malheureusement le temps ne nous attend pas et nous continuons à accumuler des années. Notre corps continue à vieillir, à se rapprocher un peu plus de la tombe.

"Faire le bilan: Une année positive ou négative ?"

Après avoir pleuré, été en colère, été perdu ; on a vu pas mal de choses et on a survécu. Il est temps de faire le bilan. Il est temps de commencer à regarder à après, mais avec de l’espérance. Oui, il est temps de s’assoir et de commencer à réfléchir à comment a été mon année. Elle arrive presqu’à sa fin, comment a-t-elle été ? On fait le bilan. A-t-elle été positive ? A-t-elle été négative ? Car en dépit de toute choses, de ce qu’on peut croire, l’année a été positive pour certains. Il ne faut pas penser que l’année a été négative pour tous, peu importe le contexte de la société : toute est une question de perception. Il y en a qui ont fait fructifier leurs affaires il y en a qui se sont vus grandir, il y en a qui ont évolué, qui ont vu leur mariage être restauré.

Dans notre monde occidental, on court tout le temps : il y a toujours quelque chose à rattraper (réunions, trains…) On a souvent l’impression que le temps n’est pas assez.

 

La pandémie a permis à une bonne majorité de redécouvrir leurs être chers, de découvrir leurs enfants ; de les regarder, de voir vraiment qui ils sont, leurs caractères, leurs spécificités avec plus d’attention. Cette pandémie a permis à certains de se redécouvrir, des passions, des centres d’intérêts. Elle n’a pas été négative totalement. 

"Faire le bilan: qu'est ce que j'ai appris sur l'autre ?"

Le mois de décembre est un bon temps pour s’assoir et faire le bilan. Entre 2 courses, entre 2 décorations, prenons le temps de faire le bilan de l’année. Parce qu’à partir du bilan qu’on aura fait de l’année, on pourra préparer l’année à venir ; parce que nous avons énormément changer durant cette année. Cette année nous a fait murir, il y a eu tellement d’évènements qui ont permis à beaucoup de découvrir des réalités auxquelles ils étaient étrangers. Car on peut vivre avec les autres sans forcément savoir ce qu’ils endurent au quotidien. Donc l’année n’a pas été négative et cela à tous les niveaux.

On a eu Ebola il y a quelques années, mais comme ça n’a pas touché tout le monde, chacun était chez soi tranquillement. Quand le coronavirus a commencé, il a commencé en Chine. Et il faut dire que chacun de nous, nous étions un peu pépères chez nous. ON s’en foutait un peu : ce n’était pas chez nous. On se disait, « bon les chinois, ils vont gérer ça, c’est chez eux, ce n’est pas chez nous ». Donc personne n’a vraiment eu de compassion, en tout cas ; moi, quand je regardais les infos, je me disais « que c’est quelque chose qui va passer rapidement ».

Mais quand ça nous a touché, c’est là que tout le monde s’est senti désespéré. Mais quand la population chinoise était désespérée au début, la majorité d’entre nous, n’avons pas vraiment été affectée par cela.

 

"Faire le bilan: dans quel domaine étais-je mal préparé cette année ?"

On a peut-être perdu un travail, un être cher ; mais dans un bilan, il faut regarder aussi ce qu’on a pu gagner durant cette année. 

On a pleuré, mais il est temps d’aller de l’avant. Et c’est pour cela que le mois de décembre est un très bon mois à mon avis de s’assoir, de prendre le temps et d’évaluer les choses. De voir en quoi, j’étais mal préparé par exemple.

 

Car la crise a peut-être surpris la majorité, mais beaucoup n’ont pas souffert financièrement. Pourquoi ? Parce qu’ils étaient préparés. Ils avaient un bon système financier en place sans être multimillionnaire, sans être des grands chefs d’entreprises. Il y avait des gens qui avaient leur finances claires, donc ils étaient préparés en cas de coup dur.

Ce mois par exemple est un mois pour voir : où est ce que je n’ai pas bien été préparé. Parce que le fait est qu’il y aura de plus en plus de pandémie, d’épidémie. Oui, en tout cas la bible l’annonce.

Tout cela pour vous faire voir, qu’il y en aura encore de plus en plus de crises. On voit qu’il y a de plus en plus de tremblements, que ce soit le niveau des mers qui augmente, le réchauffement climatique … Il y aura de plus en plus de problématiques. Donc il faut être préparé pour le futur. Quelques soient les problématiques, il faut être préparé à un certain niveau ; ne serait-ce qu’au niveau financier par exemple. Cette crise nous a montré que beaucoup d’entre nous, n’étions pas prêt financièrement à amortir des éléments perturbateurs.

C’est par exemple un exemple de bilan/ Voir ce qui n’a pas marcher, voir ce qui a marché, afin de de voir comment bien amorcer 2021.

"Faire le bilan: ne pas oublier la gratitude"

La crise nous a également montré à quel point, il fallait être reconnaissant d’être en vie, c’est également un bilan à faire. La gratitude. Je suis en vie en cette fin d’année : qu’est-ce que j’ai encore entre mes mains ? qu’est-ce que j’ai pu garder, qu’est-ce que j’ai pu devenir durant ce temps.

C’est déjà de se poser les bonnes questions, d’observer sa situation de manière réaliste afin de pouvoir préparer au mieux 2021 et de pouvoir rêver.

Voilà déjà quelques questions à se poser ?  En quoi est ce que je suis reconnaissant. Il est important d’être reconnaissant dans la vie. La gratitude nous permet de garder une certaine joie, espérance vis à vis de la vie. Car sans espérance dans la vie cela devient très compliqué d’allé de l’avant, d’être heureux. Car il y a toujours quelque chose qui nous manque. Tout être humain n’est jamais satisfait ; même Jeff Bezos a des rêves qu’il n’a pas encore accompli. Donc il pourrait ne pas être satisfait malgré qu’il soit l’homme le plus riche du monde. 

En se concentrant sur ce qu’on a déjà, sur ce qui nous satisfait déjà, ça nous permet de garder de la joie, de l’espérance malgré qu’on n’ait pas tout.

"Faire le bilan : où en sont vos finances ?"

C’est le moment de faire un bon bilan, bilan profond, un examen de ses finances. Parce que ce sont des domaines qui influencent totalement notre vie. La majorité des gens ne seraient pas très anxieux si leurs finances étaient au beau fixe. Si chacun d’entre nous avaient une épargne assez conséquente, je ne pense pas que nous serions très inquiets du fait de ne pas pouvoir travailler pendant quelques mois. Mais nous sommes anxieux parce que nous n’avons pas d’épargne, nous n’avons pas de coussin de secours. Donc c’est le bon moment pour évaluer notre gestion financière objectivement.

Prenez vos relevés de compte et regardez où est parti votre argent : qu’est ce qui est entré, qu’est ce qui est sorti, qu’est-ce que j’en ai fait ? Dans quoi est ce que dépense le plus par exemple. 

"Faire le bilan: savoir se poser les bonnes questions; dans tous les domaines de sa vie"

Prenez le temps de faire un bilan intérieur par rapport à vous-mêmes. Qu’est-ce que j’ai aimé ? Est-ce que je m’aime ? Ou est-ce que je m’aime encore plus ? Où est ce que j’en suis?

On a eu tout le temps de crier, de pleurer, d’être fâché, d’être en colère contre la vie. Mais maintenant c’est le bon temps pour faire le bilan. Le mois de décembre est un bon moment pour faire le bilan. Surtout le début du mois. Quoiqu’il n’y’ait pas de limite à quand faire un bilan.

 

Profitons pour faire un bon bilan, un bilan complet, un bilan profond par rapport à tout ce qui s’est passé cette année. Qu’est-ce que j’ai appris de nouveau ? Que ce soit sur la vie, sur le quotidien, sur les difficultés des autres, de notre société. 

 

Qu’est-ce que j’ai appris. Où est ce que j’étais au début de l’année ? Et où est ce que je suis à la fin de l’année ? intellectuellement, mentalement, psychologiquement, émotionnellement.

Qu’est-ce que les pertes que j’ai pu avoir ont pu m’apprendre sur cette année ?

On perd tous des êtres chers. Il va y arriver un moment où on perdra tous quelqu’un. Car nos parents vieillissent ; la mort est plus que jamais proche de nous.

Qu’est-ce que la perte d’un être cher a pu vous apprendre cette année ? Qu’est-ce que le fait de perdre quelqu’un a pu nous apprendre ? il y a toujours des leçons à apprendre de toutes situations, aussi pénibles, aussi dure qu’elles puissent être. 

Est-ce que j’ai besoin d’aide ? Est ce qu’il serait temps que je prenne des sessions avec un psy ; ce n’est pas négatif. C’est à ç a que sert une bonne évaluation : objective, réaliste par rapport à soi-même.

"Faire le bilan: non pas de la société, mais de sa propre vie"

Ce n’est pas une évaluation par rapport au monde.  Non. C’est par rapport à nous-mêmes.

Le bilan est par rapport à nous-mêmes. Pas de dire que la société va mal, mais ça on le sait : elle va mal depuis des lustres et ce n’est pas près de s’améliorer.

Une société ne peut satisfaire tout le monde, parce que nous avons des ambitions, des désirs différents. Donc malheureusement, un président n’est pas appelé à satisfaire tout le monde ; ce n’est pas possible. Juste le fait qu’on soit dans des catégories financières différentes, nous aurons des attentes différentes par rapport aux lois. Juste le fait que nous soyons de telle religion ou d’une autre, nous avons des attentes différentes par rapport aux lois. Même nos origines font que nous avons des attentes différentes par rapport aux lois. Par conséquent, peu importe quel président se présente, tout le monde ne sera jamais satisfait.

 

Donc là je ne vous parle pas du bilan de notre société, je parle d’un bilan personnel. Laissez la société où elle est. Commençons d’abord par nous-mêmes. Car si tous les éléments qui constituent la société, à savoir nous ; nous allons bien, la société ira mieux. Donc faisons un bon bilan.

Musique : frères et sœurs par YPWG         https://www.youtube.com/watch?v=sDQThha519c

Egalement disponible sur les plateformes suivantes 

La publication a un commentaire

  1. Hermann FEZE

    Belle actualisation, merci.

Laisser un commentaire