Faire passer l'autre avant soi: un secret du bonehur ?

#ep 45

« Quelques avantages extraordinaires; quoique négligés à faire passer l’autre avant soi. »

PAROLES DE SAGESSE DU JOUR

« Si tu en as le moyen, ne refuse pas de faire du bien à celui qui est dans le besoin, ne dis pas à ton prochain : « Va-t’en et reviens plus tard, demain je te donnerai », alors que tu peux le faire tout de suite. » Proverbes 3: 27-28

« Je vous ai montré partout et toujours qu’il faut travailler ainsi pour aider les pauvres. Souvenons-nous de ce que le Seigneur Jésus lui-même a dit :  » Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. » » Actes 20:35

« Recommande-leur de faire du bien, d’être riches en bonnes œuvres, d’avoir de la libéralité, de la générosité » 1 Timothée 6:18

« Nous qui sommes forts, nous devons supporter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas, et ne pas nous complaire en nous-mêmes. » Romains 15:1

« L’âme bienfaisante sera rassasiée, Et celui qui arrose sera lui-même arrosé. » Proverbes 11:25

Egalement disponible sur les plateformes suivantes 

PRESENTATION DE L'EPISODE

Message allant à contrecourant des tendances, faire passer les besoins des autres, le bien de l’autre avant soi a pourtant beaucoup d’avantages pour nous. Aujourd’hui, le message envoyé dans la société est celui du repli sur soi, chacun centré sur soi, ses besoins, sa vie. Or nous sommes des êtres sociaux, et nos relations avec les autres sont importantes.

Alors je partagerai avec vous plusieurs avantages à se donner pour les autres, à faire passer les autres avant soi de temps en temps.

RETRANSCRIPTION RESUMEE DE L'EPISODE
1. POINT DE DEPART

"FAIRE PASSER L'AUTRE AVANT SOI?": message à contre-courant de notre culture actuelle

"Nous sommes aujourd'hui dans une culture qui fait la promotion du "selfcentered", être centré sur soi: moi, moi, moi."

Aujourd’hui nous sommes dans une culture qui fait la promotion d’être centré sur soi, du « moi », du « moi », et du « moi ». Et c’est ce que durant beaucoup de messages, mon pasteur ; le pasteur Yvan Castanou, pasteur des églises Impact Centre Chrétien, nous a donné pas mal d’enseignements dessus ; à un moment donné.

Nous sommes énormément centrés sur nous-mêmes. C’est ce que la culture promeut comme étant le secret du succès : se replier sur soi-même, couper toutes les relations toxiques, toutes les personnes qui ne nous apportent rien, regarder d’abord à soi ; les autres, voilà quoi.

Je n’ai pas vu de messages de « prendre soin des autres », je ne vois que des messages sur « soi, « soi, « soi ». C’est vraiment le repli sur soi qui est mis en avant aujourd’hui. Ne faites rien pour les autres, les autres abuseront de vous ; on n’a même une certaine crainte par rapport aux autres. Tellement nous sommes attaqués aujourd’hui par ce message de « centré sur soi ».

Je ne veux pas non plus dire qu’il est complètement négatif, pas du tout, bien sûr qu’il a des points intéressants. Le problème c’est qu’il n’est pas équilibré. Comme pour tout chose : toute chose à l’excès est nuisible.

Et le problème c’est que ce message n’est pas du tout balancé, n’est pas équilibré avec une contrepartie. Par exemple, soyons centrés sur nous-mêmes, mais regardons un peu aux autres aussi ; prenons soin des autres.

Et cela je ne le vois pas beaucoup. Donc c’est un constat subjectif par rapport à ce que moi j’observe ; c’est complètement subjectif.

"Accepter de faire passer l'autre avant soi est presque vu comme e la folie, de la naïveté."

Du coup, comme ce n’est pas le message central actuel, accepter de faire passer l’autre avant soi est presque vu comme de la folie, de la naïveté. C’est-à-dire que ceux qui acceptent de faire passer l’autre avant soi sont vus comme des naïfs, « on abuse de vous, vous ne comprenez pas les choses » : un message moqueur.

Par exemple c’est ce qui arrive aux femmes qui décident d’accepter de faire passer par exemple les besoins de leur époux, de leur conjoint avant eux et qui y trouvent du plaisir, de la joie : elles sont moquées.

Faire passer l’autre avant soi-même est aujourd’hui vu négativement.

Ainsi, si quelque chose est vu négativement par la majeure partie des gens, c’est difficile pour nous d’en voir les bénéfices. Au final, on commence à s’en convaincre, que  » je devrais peut-être arrêter au final ».

Et pourtant, il y a des avantages à le faire.

"Bien sûr on ne parle pas de tomber dans l'abus ou de se laisser abuser par les autres."

Bien évidemment avant d’entrer dans le pourquoi, il est important qu’on se rappelle que cela ne veut pas dire : tomber dans l’abus, ou se laisser abuser par les autres. Car c’est au final le message qui est mis en avant quand on nous demande de nous mettre au centre, de nous faire passer nous ; avant les autres : c’est le fait qu’on abusera de vous ou qu’on a déjà abusé de nous. Donc pour ne pas vous faire abuser : laisser tomber les autres.

(Je dramatise les choses, je résume de manière grotesque).

Donc non seulement « laisser passer l’autre avants soi » est moqué, mais aussi critiqué. Et ainsi, c’est difficile de voir en quoi il est positif. Or la Bible nous dit « il y a beaucoup plus de joie à donner qu’à recevoir. Car laisser passer l’autre avant soi, se fait de différentes manières et se caractérise par différents actes : donner de soi, donner de son temps, de ses compétences et sans rien attendre en retour ; par amour, par compassion. C’est ça laisser passer l’autre avant soi.

Par exemple, vous arrivez à la caisse et vous laissez passer une personne avant vous ; un exemple classique mais au combien scandaleux : « j’ai fait la queue, vous n’avez qu’à faire la queue vous aussi ».

Oh comment scandaleux cet acte et pourtant c’est le plus simple de « laisser passer l’autre avant soi ». Vous voyez à quel point cela est difficile pour nous de laisser passer quelqu’un avant ; juste dans la file d’attente.

LES AVANTAGES A PARFOIS "FAIRE PASSER L'AUTRE AVANT SOI"

1. Se défocaliser de soi, ce qui nous donne un regard nouveau sur la vie; de la gratitude et du contentement

Laisser passer l’autre, l’aider avant soi-même, nous donne un autre regard sur la vie. Et parfois ça nous permet d’apprécier ce qu’on a. Rappelez-vous, on a parlé de la gratitude, du contentement. Des fois, quand on va aider les autres (et c’est souvent ce qui se passe), il y a aussi un sentiment de gratification, d’être utile.

Mais premièrement, cela nous défocalise de nos problèmes (c’est ce que le Pasteur Yvan nous a enseigner : par exemple, pour nous qui prions, en attendant la réponse à notre prière ; il nous expliquait que le fait de se concentrer sur autre chose que nous donc sur l’autre : aider l’autre, faire du bien à l’autre ; il est vrai que ça vous défocalise et ça vous fait oublier toutes les problématiques que vous avez. Si ce n’est qu’un instant, est ce que cela n’a pas de valeur ?

Regarder à l’autre nous fait encore nous rendre compte à quel point, nous avons tellement de choses, à quel point nous sommes riches. Parce que parfois, généralement par comparaison, nous avons l’impression que nous n’avons rien. Souvent parce que nous regardons aux autres, nous avons du mal à apprécier ce qu’on a.

Bien évidemment aider l’autre, laisser passer l’autre avant soi, n’est pas dans le but de se dire que j’ai beaucoup plus de choses, de se sentir mieux. Non, c’est une conséquence de l’acte de ne pas regarder à soi un instant et de regarder à l’autre, et d’apporter son aide à l’autre.

Des fois, nous minimisons nos compétences, nous minimisons ce que nous savons faire. Mais quand nous aidons l’autre, nous nous rendons compte que j’ai de la valeur aussi, mes compétences ne sont pas si minimes ; puisqu’un autre ne les a pas.

2. Donner sans attendre quoi que ce soit en retour: activer la loi de la semence et de la récolte

Ensuite pour vraiment être heureux dans cette situation, il faut se rappeler que quand on donne à l’autre il ne faut rien attendre en retour. Le secret du bonheur dans ce cas-là, se trouve dans le fait de ne rien attendre en retour. Parce que typiquement, quand nous laissons passer l’autre, nous attendons que l’autre demain, nous laisse passer aussi avant ; la même personne en général.

Oui, c’est difficile de recevoir de la haine, de la méchanceté, de l’ingratitude après un sacrifice. Mais Dieu nous dit qu’en fait, si tu as fait du bien ; il va te le rendre. Il dit que c’est lui qui te le rendra ; et d’une manière dont on ignore à l’instant précis.

Dans la vie, on récupèrera ce qu’on a donné. Au final, c’est la loi de la semence et de la récolte (rappel épisode). C’est pour cela que l’une des paroles de sagesse disait « celui qui arrose sera lui-même arrosé ». Quand vous faites du bien, d’une manière ou d’une autre, cela va revenir vers vous. Les gens appellent cela la loi de l’attraction, mais la Bible parle de la loi de la semence et de la récolte : parce que vous avez semé, vous aller le récolter. Si vous avez semé quelque chose de mal, vous allez récolter aussi quelque chose de mal ; ce que les gens appellent le karma ; mais c’est tout simplement la loi de la semence et de la récolte : vous semez quelque chose, vous allez le récolter. Vous semez du maïs, vous récolterez du maïs, vous semez de la tomate vous récolterez de la tomate. Vous ne pouvez pas semer du maïs et récolter de la pastèque : NON.

"Ce qu'on sème, on récolte. Forcément, si on sème de soi-même, si on laisse passer l'autre avant soi ; on le récoltera nous-mêmes : quelqu'un tôt ou tard, nous laissera passer avant lui. Ce n'est peut-être pas la personne à qui nous avons fait ce bien ; Non, il ne faut rien attendre d'elle. "

Du coup, quand vous n’attendez rien de l’autre, vous faites les choses beaucoup plus en paix. Vous faites du bien à l’autre, mais vous êtes beaucoup plus en paix, car vous n’attendez rien. Ça vous édifie, ça vous fait grandir vous-mêmes. Il y aura des changements qui vont se produire en vous, un changement de perspective de la vie aussi, une meilleure appréciation de ce qu’on a, de la ratification… Mais du coup vous n’attendez rien de l’autre. Ainsi qu’il vous donne quoi que ce soit, n’est pas très important.

3. Il y a vraiment beaucoup plus de joie, de plaisir à donner sa "vie" pour l'autre

"Faire passer l'autre avant soi, une potentielle source de joie ?"

Laisser passer l’autre avant soi se fait de diverses manières, et ce n’est pas juste laisser passer l’autre dans la file. Ça peut se faire au niveau du temps, des finances, de l’attention, des talents ; écouter l’autre alors que vous avez plus à faire…. Un parent qui prend le temps d’écouter son enfant, le laisse passer avant lui-même ; il a bien plus d’autres choses à faire, que d’écouter son enfant raconter sa journée pendant 30 minutes ; un discours parfois qui est inintéressant. Mais, c’est ça ; l’autre est heureux, vous voyez le regard de l’autre, le soulagement de l’autre à l’instant précis ; je trouve que ça fait la différence.

4. Nous sommes construits pour être utiles aux autres

"Servir l'autre pour , faire passer l'autre avant soi pour découvrir "son appel" "

Et un autre point que je voulais aborder, c’est que nous sommes construits pour être utiles aux autres. Et parfois, c’est parce qu’on a un manque d’utilité, qu’on ne se sent pas utile.

Vous voyez, on a du mal à trouver ce pour quoi, nous sommes faites. Notre génération est en quête de trouver sa passion, de trouver « qu’est-ce que je suis censé faire ? » « A quoi est ce que je sers ? ». C’est parce que parfois, nous ne sommes pas utiles aux autres (je pense), que cela nous fait tomber dans certains troubles ; parce qu’on n’est pas utile, on ne se sent pas utile.

« A quoi est-ce que vous servez ? » « Si vous ne servez à rien, alors pourquoi êtes-vous là aujourd’hui ? » « A quoi je sers sur terre ? ». Et c’est souvent ce problème de découvrir à quoi je sers, qui nous pousse parfois dans une certaine tristesse, dans une certaine dépression.

Or servir l’autre, regarder à l’autre, aider l’autre, va nous donner également ce sentiment d’utilité là. Notre monde est construit (si on regarde bien) par rapport à des individus qui ont été utiles aux autres, à la majorité.

Ceux qui ont eu les plus grands succès, sont ceux qui ont été utiles à la société ; ils ont répondu à une problématique. Ils ont laissé passer l’auer avant eux. Car répondre à une problématique est aussi une forme de laisser passer l’autre avant nous-mêmes.

Vous vous posez, et au lieu de vous concentrer sur votre vie, uniquement ce que vous voulez ; vous réfléchissez à ce que l’autre veut. Et bien sûr ça ramène des conséquences beaucoup plus grandes : la richesse et autres ; mais premièrement le bonheur.

5.C’est quand vous donnez que la vie vous donne et cela toujours plus que ce que vous avez donné.

Donc si ça ne va pas, chaque jour ça ne va pas, vous avez du mal ; essayez d’aider quelqu’un. Essayez un moment de vous défocaliser de vous-mêmes et aidez quelqu’un. Et quand vous donnez de la vie, vous donnez quelque chose, cela vous sera toujours rendu en plus.

Il y en a toujours qui ont moins que nous, qui ont plus de problèmes que nous : aidons-les ; ce que vous pouvez faire. Je ne vous demande pas forcement d’aller voir les SDF dehors, mais votre propre famille ; votre propre cercle, vos frères et sœurs, vos parents ; vos amis. Dès fois, on nous demande des services et on dit qu’on ne peut pas, qu’on n’a pas le temps ; alors qu’on pourrait….

Et c’est ce que la première parole de sagesse nous disait « si tu peux aider quelqu’un tout de suite, ne lui dit pas demain ; fais-le tout de suite ».

CONCLUSION

Et c’est ça l’un des secrets du bonheur, se donner pour l’autre. Il y a plus de joie à donner qu’à recevoir. Et quand on le fait, nous-mêmes demain, quelqu’un nous le fera. Car nous-mêmes demain, nous aurons besoin de quelque chose. On a besoin les uns des autres. O est fait pour fonctionner tous ensemble, donc tôt ou tard, vous aurez besoin que quelqu’un d’autre aussi accepte de vous laisser passer avant lui.

Une autre façon de le voir, (quoi que ce serait mieux de le faire par amour, par compassion) ; si vous avez du mal à débuter est de le voir ainsi : je sème aujourd’hui pour demain. (Bon c’est un peu plus égoïste, mais il faut bien commencer quelque part).

Et je vous assure qu’il y a vraiment plus de joie à donner qu’à recevoir. Quand vous faites du bien aux autres aujourd’hui, demain les autres vous feront du bien ; c’est ce que dit la Bible : c’est la loi de la semence et de la récolte.

Mais voit le plutôt par amour, par compassion.

Tous les jours, des situations nous sont présentées où il nous est demandé de laisser l’autre en avant et nous en arrière.

C’est compliqué des fois, c’est dans le quotidien. Ce n’est pas de grandes choses, ce n’est pas sortir pour aller faire de l’humanitaire en Asie, ou en Amérique du Sud ou en Afrique.

Si vous le faites c’est très bien. Mais ce n’est pas dans ces grandes situations, c’est juste notre quotidien déjà, nos situations journalières avec nos proches, au travail nos collègues.

Musique : frères et sœurs par YPWG         https://www.youtube.com/watch?v=sDQThha519c

Egalement disponible sur les plateformes suivantes 

SE PREPARER POUR UNE NOUVELLE SAISON
réussir à faire un bilan et se créer des objectifs personnalisés