Comment se débarrasser de la culpabilité ? : J'ai fait de mon mieux

#ep 35

« j’ai fait de mon mieux », cette phrase au combien libératrice pour se débarrasser de la culpabilité 

PAROLES DE SAGESSE DU JOUR

« Ne vous inquiétez donc pas du lendemain car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. » Matthieu 6:34

« Et déchargez-vous su lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. » 1 Pierre 5:7

« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point/ se laisse pas effrayer. » Jean 14:27

Egalement disponible sur les plateformes suivantes 

PRESENTATION DE L'EPISODE

Aujourd’hui je viens te parler de ce surprenant élément qui m’a aidé pendant mon temps d’absence qui était bien difficile. Peut être que comme moi, ce début d’année n’a pas commencé comme tu le voulais (ou peu importe à quel moment tu l’écoutes), tu n’as pas réussi à faire ce que tu as prévu et tu culpabilises de ne pas réussir à atteindre tes objectifs.

Et bien, il est temps pour toi et moi de sortir de cette culpabilité vicieuse, qui ne ,nous veut pas du bien.

Dans l’épisode du jour, je te parlerai de:

1.Comment mon année n’a pas commencé au taquet comme je le souhaitais et pourquoi (contexte)

2.Mes solutions face à ce problème

RETRANSCRIPTION DE L'EPISODE

Bienvenue à tous, bienvenue à toutes sur un peu de sagesse au quotidien le podcast où nous appliquons la sagesse divine notre quotidien.

Alors j’espère que tu vas bien, et j’espère que tu passes une bonne semaine et que tu avances progressivement, tranquillement, calmement, ce cheminement qu’est la vie.

Aujourd’hui, on se retrouve pour un nouvel épisode intitulé « j’ai fait de mon mieux » ; premier épisode dans la série « DECULPABILISONS ».

SITUATION DE DEPART - CONTEXTE

" Se débarrasser de la culpabilité: le contexte de mon combat"

Pour commencer, ça fait longtemps ! ça fait un bout de temps bien sûr, si on oublie le dernier épisode introductif de cette nouvelle saison. Mais ça fait longtemps qu’on ne s’est pas retrouvé et je ne comptais pas partir aussi longtemps au début. Et c’est pour cela que je reviens avec ce nouvel épisode où je te partage une clé, un outil, qui m’a aidé à déculpabiliser ; à m’en sortir durant cette période un peu difficile que j’ai traversé et que je pense beaucoup d’entre nous avons traversé en ce début d’année 2022 où les choses ne sont pas passées comme on l’espérait.

Alors pour te remettre un peu la situation en contexte, pour qu’on sache d’où je viens : les mois de décembre et de janvier ont été des mois assez difficiles pour moi ; car je me suis retrouvée dans l’incapacité faire tout ce que je voulais faire, tout ce que je devais faire. Et je pense que tu as pu te rendre compte, qu’il manquait un fichier que je t’avais promis : celui intitulé normalement  » se préparer pour une nouvelle saison ». C’était un fichier résumé pour t’aider à faire le bilan de l’année afin d’entrer de manière excellente en 2022. C’était quelque chose qui me tenait à cœur, que je trouvais très utile et que je voulais te partager. Malheureusement, je n’ai pas pu te le donner et j’en suis désolée.

"Je n'ai pas de ce fait commencer 2022 comme je le désirais"

Du coup, ces mois ont été difficiles, c’est-à-dire que le temps n’était pas assez, et mon corps ne suivait pas. Voilà, je me suis retrouvée dans cette situation où j’étais comme un peu en situation d’échec personnel, à ne pas réussir à tout ce que je voulais pourtant faire ; à tout ce que j’aimais faire. Et du coup dans cet état, je me suis retrouvée avec beaucoup de culpabilité au final vis à vis de mon incapacité à être fidèle à mon engagement auprès de toi, par rapport à ce que je t’avais promis, par rapport à ce que je devais faire. Je n’ai même pas prévenu combien de temps je partais, quand je revenais ; je n’ai rien dit ; j’ai disparu. De ce fait, je me sentais coupable vis à vis de toi qui m’écoute fidèlement, qui prend plaisir à écouter ce que je partage ici avec toi. Du coup, c’était assez difficile ; parce qu’au-delà du fait que je n’arrivais pas à faire ce que je voulais faire et que je n’étais pas fonctionnelle comme je le désirais. Je n’ai pas de ce fait commencer 2022 comme je le désirais. Parce que je pense que si tu as écouté les épisodes de la fin d’année 202, la préparation et autres ; j’étais également dans le même thème, j’étais également dans le même entrain à savoir, me préparer à être au taquet ; entrer en 2022 en mode « girl power » ; atteinte de ses objectifs comme tout le monde un peu je pense ; avec un espoir de renouveau de rafraîchissement ; qu’apporte souvent le début d’une   nouvelle année, d’une nouvelle saison.

"Voilà ! je voulais, mais je n'y arrivais pas "

Et donc moi je me retrouvais là malgré mon amour pour mon travail, que j’en avais trop fait. Je me rendais compte que j’en avais trop fait, et que malgré les idées qui fusaient dans ma tête, je n’arrivais pas du tout à faire un pas en avant. Et ça me rappelait un peu amèrement mon épisode sur la charge mentale. Je ne sais pas si tu l’as déjà écouté ; je te le mettrais en lien. Où je me retrouvais un petit peu dans une situation similaire de fatigue à ne pouvoir pas faire grand-chose. Pas exactement pour les mêmes raisons que dans cet épisode-là. Mais voilà, je le retrouvais un peu en mode « freeze » : je voulais, mais je n’y arrivais pas. Voilà ! je voulais, mais je n’y arrivais pas. Tout était bloqué et je suis entrée en hibernation malgré moi. Donc c’était assez difficile, parce que tout le mois de Janvier, je n’ai presque rien fait. Je n’arrivais pas à faire grand-chose : rien du tout.

Parce qu’il faut se rendre compte que mon arrêt n’a pas été juste au niveau du boulot, mais je me suis retrouvée également arrêtée, c’est-à-dire larguée au niveau de mes routines, tout, tout.

"Je pense que beaucoup d'entre nous, nous culpabilisons"

Et je pense que peut-être toi, tu as pu te retrouver dans cette situation, en ce début d’année où les choses ne se passent pas comme tu voudrais. Et les études montrent souvent que dès mi-janvier, février la plupart des gens ont abandonner leurs objectifs donc peut-être que tu es dans cette situation là où tu te dis « oh ! ça va être encore une même année, j’ai déjà abandonné mes objectifs ; je n’ai pas commencé 2022 comme je le pensais, je n’ai pas commencé l’année comme je le souhaitais, je n’ai pas commencé le mois…. En tout cas peu importe à quel moment tu écoutes cet épisode. Des fois on se retrouve dans des situations où les choses ne sont pas passées comme prévu et j’en ai également parler dans un autre épisode il y a bien   longtemps que s’intitule tout ne se passe pas toujours comme prévu donc je te le mettrai également en lien, tu pourras l’écouter.

Et donc c’est difficile on se sent coupable vis-à-vis de nous-mêmes, pas vis-à-vis des autres. C’est vis à vis de nous-mêmes ; en tout cas c’était mon cas. Ainsi je me demandais, « qu’est ce qui se passe ? Qu’est-ce que je vais faire ? » Et je culpabilisais tout simplement. Je pense que beaucoup d’entre nous, nous culpabilisons ; peut-être que c’est ton cas. Tu culpabilises de ne pas réussir à atteindre tes objectifs, de ne pas réussir à vivre tes rêves ; à vivre cette vie d’harmonie que tu souhaites tant ; que tu désires tant ! « Pourquoi je n’y arrive pas ? » « j’ai l’impression que les autres, ils y arrivent, ils sont en train d’avancer et moi je n’avance pas ! ». Voilà l’état dans lequel j’étais.

"Oui, c'est souvent brutal."

Et je me suis aussi rendue compte qu’avoir une vision, aimer son travail peut parfois être toxique ; oui. Car on arrive à ce moment où on n’écoute plus les besoins de son corps, ses signaux ; parce qu’on est comme poussés, comme happés, comme consumés par ce désir de matérialiser ce qu’on a dans la tête et avec excellence. Le problème c’est que quand on ne sait pas écouter son corps, quand on n’écoute pas Dieu (pour moi en tant que chrétienne) ; Dieu nous arrête, le corps nous arrête. Et il ne nous arrête pas juste au niveau du travail en général, mais également au niveau de tous les autres domaines. Oui, c’est souvent brutal.

Pour mon cas, ce n’était pas vraiment un burnout, je n’appellerais pas ça un burnout en tant que tel. Mais ça s’apparentait un petit peu. Dans ma tête, j’étais très lucide, quoique coupable de ne pas pouvoir avancer, remplie de peur de ne pas faire ce que je voulais et tout ; mais c’était assez particulier. J’étais de bonne humeur, mais je n’arrivais pas …. Dieu m’a bloqué tout simplement. Et ça m’a rappelé l’histoire d’une auteure que j’aime beaucoup qui s’appelle Michelle McKinney Hammond avec son accident de voiture. Elle raconte dans un de ses livres que Dieu lui avait mis à cœur d’écrire un livre depuis longtemps, mais elle était occupée, elle n’avait pas le temps. Et un jour, elle a eu un accident de voiture. Elle s’est donc retrouvée à l’hôpital avec un plâtre au niveau du pied avec beaucoup de temps. Et Dieu lui a donc dit « bah écris ton livre ». On ne dira pas que c’est Dieu qui a créé l’accident, mais voilà, elle s’est retrouvée dans cette situation-là et elle a écrit son livre car elle avait du temps, plus de temps que nécessaire. Ce livre a été un best-seller et a complètement changé le cours de sa vie.

MES SOLUTIONS

1. Se débarrasser de la culpabilité : « J’AI FAIT DE MON MIEUX »

Ça m’a rappelé cela, que des fois, Dieu nous bloque tout simplement parce qu’on n’écoute plus. On n’arrive pas à écouter ; parce qu’on est consumé par la vision qu’on a. D’autres pourraient dire que c’est très bien, mais ça peut être également très dangereux, car on n’écoute pas d’autres signaux qui sont autour. Et cela a été mon cas. Ainsi, je me suis retrouvée à l’arrêt avec Dieu en hibernation au mois de Janvier, alors que le mois de Janvier devait être pour moi, un mois où on a de la niaque, de la pêche ; c’est un nouveau départ, c’est une nouvelle année. Enfin on espère sortir de cette crise, on espère avoir une vie délicieuse ; en tout cas, on veut quelque chose de nouveau. Eh bien, cela n’a pas été le cas pour moi (ahah). Peut-être que c’est également ton cas, peut être que pour toi aussi le début de l’année ne s’est pas passé comme prévu, la moitié de l’année (je ne sais pas à quel moment, tu vas écouter cet épisode). Peut-être que ça n’a pas été, tu es à un point où, les choses ne se sont pas passées comme tu les souhaites.

 

C’est sur ce point de départ que ce qui m’a aidé, c’est cette phrase : « j’ai fait de mon mieux » Oui ! voilà ma solution. Rien de bien fantastique.

"Comment se débarrasser de la culpabilité, quand on se sent même coupable de se reposer."

C’est-à-dire que je me suis retrouvée dans cette situation où je devais me reposer tout simplement, je n’avais rien d’autre à faire. Et j’ai accepté de me reposer. Oui, j’ai accepté de me reposer et de ne rien faire. Parce que des fois, on se retrouve en situation de repos, mais on refuse le repos. Car on se sent coupable de se reposer : « comment est-ce que je me repose au début de l’année ? Je n’ai pas fait tant de travail que cela et je me repose au début de l’année ; alors que c’est au début de l’année qu’on est censé commencé au taquet ! au taquet : ses habitudes, ses ambitions, ses rêves, sa vie rêvée, sa vie d’harmonie …. Et bien là, j’ai accepté, j’ai capitulé face à l’appel du repos (si on peut dire ça comme cela). J’ai capitulé et je me suis reposée. J’ai profité de mon repos pour bien dormir, mon temps avec Dieu. Je ne faisais pas toutes ces choses que je voulais pourtant faire. En tout cas, tout ce que je faisais, mes habitudes, mes routines étaient inexistantes.

 

J’aurais aimé être une wonderwoman qui réussit tout rapidement en un claquement de doigts, mais ça n’a pas été le cas et ce n’est pas le cas ; et les choses prennent du temps.

 

Et du coup en me reposant, chaque soir, c’est ce mantra qui me venait en tête : « j’ai fait de mon mieux aujourd’hui ». Oui, voilà, je me le disais. Et c’est ce qu’une parole de sagesse nous dit  » Ne vous inquiétez donc pas du lendemain car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. », oui pour aujourd’hui, c’est suffisant ce que j’ai fait ; j’ai fait de mon mieux.

"Comment se débarrasser de la culpabilité ? : le soir, je me rappelle que j’ai fait de mon mieux aujourd'hui et c'est bon, demain est un autre jour"

C’est ce que je me répétais chaque soir, quand je me retrouvais face à ces pensées de culpabilité, ces pensées de peur en tout genre ; qui venaient me torturer. Car j’avais peur de manquer quelque chose en cet instant, de rater une opportunité, de perdre mes auditeurs ; de te perdre toi, parce que j’aurais été absente ; parce que je n’aurais pas délivré ce que j’avais promis. Parce que je n’étais pas à la ligne de départ comme tout le monde. Oui, il y avait cette peur ; de ne pas commencer 2022 au taquet en entamant la course comme j’aurais aimé le faire ; d’entamer mes objectifs au début de 2022 « Bah si je ne commence pas bien 2022, est ce que je pourrais bien terminer ? » vous voyez ces pensées un peu bizarres, négatives, toxiques. Pour les contrer, c’est ce que je me disais « aujourd’hui, j’ai fait de mon mieux » : si aujourd’hui, j’ai pu prendre ma douche, j’ai pu manger, j’ai pu sourire, j’ai pu parler avec mon cousin, avec tel ; c’est bon ; c’est suffisant pour aujourd’hui. Je n’aurai pas fait tout ce que je suis capable en temps normal, mais pour aujourd’hui, dans la situation, la saison où je me trouve ; j’ai fait de mon mieux, voilà c’est ça ! et ça m’a aidé.

 

Aujourd’hui, encore quand je me trouve dans des situations où j’ai un plan pour la journée et les choses ne se passent pas comme prévu (je ne suis pas, n’agis pas comme je le souhaiterai …) ; le soir, je me rappelle que j’ai fait de mon mieux aujourd’hui et c’est bon, demain est un autre jour. Je n’ai pas à m’inquiéter pour demain ; à chaque jour suffit sa peine.

2. POUR SE DEBARASSER DE LA CULPABILITE : ACCEPTER DE PRENDRE SON TEMPS

J’ai accepté de prendre mon temps comme Dieu me le montrait et de ne pas essayer de me précipiter par quelle peur que ce soit. J’ai accepté de reprendre mes routines une à une. Et j’ai accepté d’aller lentement.

Et c’est parfois cela le problème : quand on se retrouve avec cette sensation de retard là (qu’on n’a pas commencé les choses comme on le souhaiterait), donc on voudrait les rattraper. De ce fait, on est très tenté de se mettre à des régimes alimentaires, des restrictions drastiques en toute sorte ; de charger le planning par rapport à ce qu’on doit faire ; parce qu’on a cette impression qu’on doit rattraper le temps qu’on a perdu, au moment où n’y arrivait pas.

Et bah cette fois-ci, j’ai décidé de prendre mon temps, je l’ai accepté.

C’est vraiment une notion importante « d’accepter ». J’ai accepté de prendre mon temps et de barricader mes pensées contre toute pensée négative qui voudrait venir. Oui, puisque c’est ce que Dieu me montrait : « prends ton temps, tout va bien »

Le fait de trouver du repos en Dieu a été très salvateur pour moi, parce qu’il y a une parole de sagesse qui dit ceci  » Et déchargez-vous su lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous ». Oui, je me décharge sur lui et je prends mon temps.

 

Si tu te retrouves dans cette situation où c’est un peu chaotique : accepte de prendre ton temps. Soit doux avec toi, diminues au maximum les choses que tu dois faire au quotidien, chaque jour. Vois plus loin, augmente le temps sur lequel tu devras accomplir tes objectifs ; oui, augmente le temps, mais prends ton temps : accepte-le. Il n’y a pas de course, il n’y a pas d’urgence, prend ton temps.

3. NOTION SPIRITUELLE POUR SE DEBARASSER DE LA CULPABILITE : SI DIEU EST SATISFAIT, JE SUIS SATISFAITE

Par rapport à la manière dont je percevais les choses dans ma tête, je me suis rappelée que je faisais la volonté de Dieu. Ici nous sommes dans la notion spirituelle. A partir du moment où je fais ma part, où je fais ce que Dieu me demande ; bah Dieu est satisfait de moi. Il me dit qu’il est satisfait de moi. Alors s’il est satisfait de moi, pourquoi ne serai-je donc pas satisfaite de moi ? pour vous qui êtes peut-être croyants : le fait de savoir que Dieu est satisfait de moi en tant que chrétienne dans mn temps de prière, la paix qui m’envahit, dans mon temps de méditation et tout… Quand je suis là et je sais que Dieu est satisfait de moi, bah c’est suffisant. J’ai décidé d’accepter que Dieu était satisfait de moi et que je n’avais pas à me sentir coupable en outre mesure. Puisque lui ça allait pour lui aujourd’hui. Pour lui, aujourd’hui ça allait, j’avais très bien fait aujourd’hui, donc j’ai décidé de l’accepter aussi : si Dieu est satisfait, moi aussi je suis satisfaite. Après tout, si le créateur est satisfait, qui suis-je la créature pour ne pas être satisfaite. Donc oui, j’ai accepté cela et j’ai décidé d’entreprendre de reprendre les choses petit à petit et de travailler à plus écouter Dieu, à plus écouter les signaux que me donnait mon corps et à prendre mon temps, d’aller lentement et ne pas me sentir coupable.

"sache que tu as fait de ton mieux ; c'est suffisant. Demain est un autre jour, tu feras peut-être mieux"

Voilà la clé. Et je me suis rappelée une chose simple qu’une parole de sagesse dites par Jésus :  » Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point/ se laisse pas effrayer. ». Voilà.

Ce sont des choses que je me rappelle quotidiennement quand le besoin se présente. Car on peut se dire que ce n’est qu’une phase, mais on a des périodes, il y a des choses où ça ne passe pas comme prévu et on a besoin de se rappeler cela : « j’ai fait de mon mieux ».

Alors où tu es aujourd’hui, au moment où tu m’écoutes ; sache que tu as fait de ton mieux ; c’est suffisant. Demain est un autre jour, tu feras peut-être mieux. Mais aujourd’hui, tu as fait de ton mieux et c’est suffisant.

Et pour continuer dans cette dimension spirituelle si tu le désires et que tu lis en anglais, il y a ce livre intitulé « the life you’ve always wanted » de John Ortberg«  qui  été un livre très intéressant pour moi. C’est un livre chrétien où il parle de la spiritualité différemment avec douceur empreint avec beaucoup d’amour. Donc si tu lis en anglais, et que tu veux continuer là-dedans, tu peux te le procurer.

PETIT RAPPEL EN RAPPORT AVEC "se préparer pour une nouvelle saison"

Je suis encore désolé de ne pas avoir été fidèle à mon engagement, mais tu trouveras la fiche « se préparer pour une nouvelle saison » dans l’onglet ressources. Et je veux te rappeler que ce n’est pas juste valable au début de l’année. Tu peux utiliser cette fiche et je te le conseille même chaque début de mois ; peut -être pas de manière aussi extensive ; mais tu pourrais en fait. Chaque début de mois, pour commencer le prochain mois, faire le bilan de l’ancien mois pour commencer le nouveau de manière adéquate. Tu pourrais le faire chaque trimestre. Mais cela reste valable. Donc ne t’inquiète pas, tu n’es pas en retard, tu n’as pas perdu de temps.

ELEMENTS ABORDES DANS CET EPISODE

Musique : frères et sœurs par YPWG         https://www.youtube.com/watch?v=sDQThha519c

Egalement disponible sur les plateformes suivantes