Retrouver sa confiance après un échec: changer de perspective

#ep 38

« Après un échec: apprendre à ne pas se définir par ses échecs »

PAROLES DE SAGESSE DU JOUR

« Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si vous ne nous relâchons pas. » Galates 6:9

« Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. » Matthieu 6:34

« Car sept fois le juste tombe, et il se relève » Proverbes 24:16

Egalement disponible sur les plateformes suivantes 

PRESENTATION DE L'EPISODE

Force est de constater que, souvent en cas d’échec on s’associe, on se définit par nos échecs. Ce sont des mauvais mécanismes automatiques qu’on a tendance à prendre sans le savoir ; inconsciemment. On s’associe à l’échec :  « je suis comme ceci, je suis comme cela »  » ou je ne suis pas assez ceci, je ne suis pas assez cela ». In fine, on se définit par rapport à cette chose qu’on n’a pas réussi à atteindre : à ce business qui n’a pas réussi, à cette amitié qui n’a pas tenu le coup.  » c’est peut-être parce que je n’étais passez ceci ou cela » : on se définit, on définit notre identité par rapport à cet échec-là. Malheureusement ça ne nous réussit jamais.

Aujourd’hui on parlera de ce mécanisme subtil qui nous bloque, dont on doit être conscient pour retrouver confiance en soi après un échec et se relancer.

RETRANSCRIPTION RESUMEE DE L'EPISODE

POINT DE DEPART-APRES L'ECHEC

"Après un échec, les autres nous le rappelle et nous, nous identifions à cet échec"

Quand on ne se trouve pas où on le souhaite, quand on a raté quelque chose, quand on n’a pas réussi à réaliser un objectif ; quand on a échoué tout simplement. D’après les standards de la société, quand on a échoué, on n’a pas réussi à un examen, on n’a pas eu la promotion, on n’a pas été embauché, on n’a pas eu le bébé qu’on voulait, on n’est pas tombé enceinte, on n’est pas dans une relation ; on n’a pas eu la relation qu’on voulait … En général, on le perçoit comme un échec. On a échoué. Et des fois, ce sont les personnes de notre environnement qui nous le rappellent, qui nous rappellent qu’on n’a pas réussi ; qu’on est encore seul, qu’on n’est pas où on est censé être ; que nos frères et sœurs, cousins-cousines, oncles et tantes sont déjà quelque part ; et nous on ne l’est pas.

Vous voyez, il y a souvent certaines personnes comme cela malheureusement. Des fois, elles pensent que c’est un encouragement pour nous, de nous dépêcher ; mais c’est en général beaucoup plus négatif ; puisque c’est une comparaison, et l’être humain a tendance à ne pas bien vivre la comparaison. Vu que nous sommes tellement différents. Et nous comparer à quelqu’un est une insulte ; est une diminution de qui nous sommes, de nos efforts ; de notre vie, de notre histoire. Malheureusement, les gens ne le voient pas comme cela. Et des fois, nous-mêmes, nous ne le voyons pas comme cela ; puisque ce sont ces propos mêmes que parfois nous disons aux autres ou que nous nous disons.

APRES UN ECHEC, IL FAUT TOUT SIMPLEMENT SE POSER POUR IDENTIFIER LES RAISONS DE CET ECHEC

" au lieu d'essayer de s'identifier et de se définir maintenant comme cet échec-là,"

Bien sûr je ne dis pas de ne pas évaluer les causes de l’échec. Il faut toujours s’assoir et réfléchir à ce qui n’a pas marché, réfléchir à pourquoi ça n’a pas marché…. Mais cela ne revient pas à notre identité ; l’échec n’est pas notre identité. Il faut juste s’assoir comme un mathématicien : quand une équation ne réussit pas, on reprend du début à la fin, on reprend les calculs qu’on a fait pour trouver l’erreur. Et c’est ce qu’il faut qu’on comprenne et qu’on apprenne à faire.

Les paroles de sagesse du jour ne sont qu’un encouragement : « Car sept fois le juste tombe, et il se relève. » Proverbes 24 :6

Si tu échoues aujourd’hui, relève toi. Si tu échoues demain, relève toi. L’échec n’est pas ton identité. C’est juste que les stratégies, les tactiques et les clés qu’utilises ne sont pas les bonnes.

 

TU N'ES PAS TON ECHEC

"Après un échec, apprendre à se redire certaines affirmations contre la culpabilité, autant que nécessaire"

Donc aujourd’hui, c’est vraiment un encouragement. Tu n’es pas tes échecs, nous ne sommes pas nos échecs. Et c’est une phrase que je me redis aussi régulièrement. Car la voix de la culpabilité : cette voix amère dans notre tête, ces pensées-là qui montent continuellement pour nous rappeler nos échecs passés, nos erreurs et pour nous forcer à nous identifier à nos échecs. Il faut la/les combattre tous les jours.

Ne te dis pas « si je pense une chose c’est automatiquement moi ». Tu peux fermer la porte, mais il ne faut surtout pas se lasser de reprendre, recommencer jusqu’au succès ; ne pas abandonner (abordé dans cet épisode : le secret de la discipline, on n’a jamais terminé). Effectivement tôt ou tard, tu vas récolter le fruit de ton travail. Mais tant que tu t’associes à tes échecs, tant que tu t’identifies à un échec tu vas aller d’échec en échec (c’est la loi des concordances : ton monde extérieur s’accordera toujours à ton monde intérieur). Parce qu’un échec ne peut produire autre chose qu’un échec.

TES PAROLES SONT PUISSANTES FACE A L'ECHEC

"Après un échec, tes paroles, ton mindset vont être le catalyseur pour la suite"

Et ce que je fais beaucoup qui m’aide :

* la prière

*la méditation de la bible (pour repartir voir ce que Dieu dit de moi. Du coup, quand ces pensées viennent, je déclare, je décrète ce que Dieu dit de moi en fonction de la saison dans laquelle je me trouve : « je suis la tête et non la queue » « toujours en haut, jamais en bas  » « je vais réussir dans tout ce que j’entreprends avec Dieu ».

Il y a les paroles ; les paroles sont puissantes. Quand vous les ruminez ; c’est premièrement pour vous. 

Quand tu les dis, tu les entends, ça crée quelque chose en toi. Ça crée de la confiance, de l’assurance, ça te booste toi-même. Parce qu’il n’aura pas toujours les gens autour de toi, pour te booster. Non, les gens ne sont pas faits pour cela. Ils n’ont pas été fabriqués pour être nos cheerleaders, nous devons être nos premiers cheerleaders, nos premiers pom-pom girls. Nos premiers encouragements doivent venir de nous-mêmes. Donc dissocions-nous de nos échecs, nous ne sommes pas nos échecs, nos manquements ; nous en sommes pas nos fautes.

NE LAISSE PAS LES AUTRES T'ATTACHER A TES ECHECS, TES ERREURS

"Après un échec, une erreur, décide de passer à autre chose; refuse de te laisser enfermer"

Car on peut faire des fautes, on peut blesser les autres ; ça arrive, par ignorance, volontairement car on était en colère ou autre ; pour se venger ; ça arrive. Mais ne t’identifies surtout pas à ces choses-là, et ne laisse pas les autres t’identifier à ces choses-là. Ne laisse pas les gens t’attacher à tes manquements passés.

Tu as fait quelque chose de mal, excuse-toi, parlez-en et passes à autre chose. Mais refuse que les autres te retiennent dans le passé, par rapport à tes fautes passées. 

Car Dieu ne te retient pas par rapport à tes fautes passées, donc il n’y a personne qui doit te retenir par rapport à tes manquements, tes erreurs ; et surtout pas toi.

Si Dieu ne le fait pas, les autres ne peuvent pas le faire, ne doivent pas le faire ; et tu ne dois pas les laisser faire. Les autres essaieront ; c’est comme cela, mais il faut avancer.

CONCLUSION

"Après un échec peu importe lequel, rappelle toi que tu n'es pas un échec, ni un manquement, ni une faute"

Ceci est pour quelqu’un qui a besoin de l’entendre : « tu n’es pas un échec, ni un manquement, ni une faute ». Ton histoire ne s’arrête pas à ça.

Les autres peuvent t’encourager derrière, mais premièrement tu dois t’encourager toi-même ; car Dieu t’encourage. Il est le premier à t’encourager. Et il te dit de te fortifier, de prendre courage. Il est là, il dit de ne pas te lasser de recommencer, de faire de bonnes choses, de faire du bien.

Tu as fait des mauvaises choses ? ce n’est pas grave, ne recommence juste pas. Ne les continue pas. C’est ce que Jésus faisait à chaque fois, vis à vis des personnes qui avaient fait des fautes graves selon les lois du peuple d’Israël à cette époque-là. Il ne les condamnait jamais tandis que les autres hommes les condamnaient, voulaient leur mort ; car c’était les lois là-bas. Jésus leur disait à chaque fois « c’est bon, tu es pardonné, vas maintenant et ne refais plus cela ».

Donc prend le bon conseil de Jésus : « avance, tu n’es pas ton échec ; ne reste pas en arrière. »

Musique : frères et sœurs par YPWG         https://www.youtube.com/watch?v=sDQThha519c

Egalement disponible sur les plateformes suivantes